/

/

Confirunning : 10 solutions exclusives...

Tu es runner et tu es confiné.e ?

Nos 10 propo­si­tions exclu­sives pour ne pas avoir le moral dans les chaus­sons de compres­sion.

 

Comme urbi­run n’a pas encore réussi à créer des boucles passion­nantes dans le rayon de 1km autour de chaque runner… tu ne pour­ras pas utili­ser urbi­run. Mais c’est juste quelques semaines, dès le décon­fi­ne­ment tu urbi­runnes partout, ok ? (en atten­dant, tu peux parta­ger…)

Alors si tu es en manque de sortie longue, de frac­tionné, ou de gels d’ef­forts… voilà nos 10 solu­tions exclu­sives “confi­run­ning” :

  1. Le mara­thon du salon : on commence par le clas­sique. Courir dans ton salon. Vu, fait, et refait, mais bon, tu veux courir où d’autre. Commence par mesu­rer préci­sé­ment (avec un mètre pliant, ça t’oc­cu­pe­ras) la longueur du meilleur parcours possible (faut pas se fier au GPS en inté­rieur). Et il ne te reste plus qu’à courir. D’un pas léger, hein, pas faire trop chier les voisins du dessous, et n’ou­blie pas de chan­ger de sens parfois, histoire que ce soit pas toujours le même genou qui soit à l’in­té­rieur des virages. Si tu as la chance d’avoir un jardin, ben tu fais pareil, mais fait gaffe pas creu­ser une tran­chée quand même.

     
  2. Le chal­lenge de l’ar­moire (dispo­nible en version tiroirs) : range tes affaires de running, trie les, et par exemple classe les (je l’ai fait) : un casier/sac en papier découpé/bac pour les shorts, un pour les collants, un pour les pulls longs, un pour les gants-bonnets-buffs, un pour les acces­soires genre montre-char­geurs-fron­tale-etc., un pour les t-shirts, et un pour les t-shirts souve­nirs de cour­se… et c’est là le gros défi : ne pleure pas… Option : faire la même chose avec les dossards (les clas­ser par année, puis la semaine suivante tu les classes par distance, puis par numéro, puis par couleur, puis par perfor­mances, etc.) : Idem, le défi est de ne pas pleu­rer…
     
  3. La PPG  : version Pyjama Pizza GossipGirl, ou celle que la plupart d’entre nous déteste, la version Putain de Pompes et de Gainage…Oublie pas d’y ajou­ter, des crunch (atten­tion ne pas confondre les plaques de choc et les plaques de choc), des burpees (atten­tion malgré le nom, cela n’a rien à voir avec un concours de rots à la bière)… Bref, quelque soit ta préfé­rence, n’ou­blie pas la PPG…
     
  4. Te mettre enfin au D+ : la cage d’es­ca­lier c’est parfait pour ça. Si tu n’as pas d’es­ca­lier sous la main, ni de colline ou d’Alpes autour de ta maison, il te reste peut-être les ponts d’au­to­routes : avec une centaine d’al­ler-retours tu peux te faire 1000 de D+ et cela fera un profil marrant sur Strava. Pas de pont d’au­to­route à 1km de chez toi ? installe 2 chaises et une table dans ton jardin, et tu montes sur la chaise, sur la table, tu redes­cends et tu recom­men­ce… Là il te faudra un peu plus de 1’000 aller-retours pour tes 1000m de D+ mais tu peux… Les rampes de garage du souter­rain du super­mar­ché, marchent aussi…

     
  5. Cuisi­ner un menu complet spécial mara­thon. Très simple : tu manges une belle assiette de pâtes avant de commen­cer, avec un gateau sport en dessert. Puis pendant que tu mates Netflix, tu commences par une barre céréales et fruits des bois, un petit verre d’eau, 3 cm de banane, un gel à la pomme, deux goulées de bois­son éner­gé­tique, un quar­tier d’orange, et tu recom­mences le circuit, chaque élément étant à prendre en alter­nance toutes les 20 à 30 minutes. Norma­le­ment, après le 3ème épisode, tu devrais te sentir aussi mal qu’au km33 d’un mara­thon… 
     
  6. Revoir ton budget, parce qu’a­vec tout ce que tu n’as pas dépensé en dossards, et en nouvelles chaus­sures (ça s’use moins vite sur le tapis du salon), ben tu as sans doute pu épar­gner un peu, et tu peux désor­mais plani­fier un… euh… non, rien, bref, excuse-moi, déso­lé…
     
  7. Regar­der le mur bien en face… profi­ter du plai­sir que celui-ci tu ne risques pas de te le pren­dre… parce que quand tu sortais le dimanche, avec un papier numé­roté épin­glé sur le bide, rappelle-toi comme c’était pas drôle de prendre le mur… alors, là, main­te­nant que et toi et le mur vous êtes à égalité (c’est à dire immo­biles dans la pièce), profites du fait qu’il ne peut rien te faire, et fais-lui même des fucks si tu veux…
  8. Faire du frac­tionné… C’est très utile pour obte­nir des résul­tats… et je suis sûr que tu n’en fais pas assez souvent… Par exemple, c’est quand la dernière fois que tu as fait (7/8 × 3/17) divisé par 5/9, à la main ?…
     
  9. Le Fart leck : de fart (pet en anglais) et lecker (déli­cieux en alle­mand) : un concours de pet, ce qui a en plus l’avan­tage de détec­ter certains symp­tômes du COVID : “wow putain… t’es un ouf, celui-là il est dingue… ok je m’in­cline, tu as gagné…”, “ah bon, tu es sûre, je ne sens rien du tout moi…”
     
  10. La sortie longue : la sortie longue fait aussi clai­re­ment partie de la base d’un entraî­ne­ment running. Notre sugges­tion pour dimanche prochain : pâtes la veille au soir et prépa­ra­tion de l’équi­pe­ment et du maté­riel, réglage du réveil sur 5h45. Dimanche matin, après un bon petit déj, tu prends ton sac… poubelle, et tu y vas. Lente­ment, c’est une sortie longue, faut tenir sur la durée, et si tu te débrouilles bien, et que tu restes concen­tré sur l’objec­tif, il se peut que tu parviennes à faire plus de 2h pour sortir la poubelle, mais veille à garder un rythme régu­lier de 124–125 minutes/km et n’ou­blie pas de t’hy­dra­ter.

Et si après tout ça tu regardes encore des épingles à nour­rice avec la larme à l’oeil… on ne peut plus rien pour toi…

Ou peut-être TE FAIRE SOURIRE UN PEU avec ces articles là par exemple :

*La vraie authen­tique origine du Mara­thon

*Vivre avec un coureur

*Comment savoir si tu cours prochai­ne­ment un mara­thon

*La bles­sure et l’opé­ra­tion

Ou on peut aussi peut-être t’OFFRIR UN PEU D’EVASION avec ceux-là

*Le mara­thon de New-York depuis le trot­toir


*Cou­rir à Münich


*2’339km en 2019, ça mène où ?

*Cou­rir sur le Golden Gate

*Le making off d’un parcours à Londres

*Cou­rir à Chicago(avec une vidéo en bonus)


*Cou­rir à Porto


*Sor­tie trail sur l’arète de l’Har­der­grat

*Cou­rir à New York 

*Le making of d’un parcours à San Fran­cisco

*Cou­rir à Miami (avec une vidéo en bonus)

*La Runmate 213km, le Tour du Lac Léman en relais

*Cou­rir à Copen­hague (avec une vidéo en bonus)


*Compte-rendu du Mara­thon de Rotter­dam

*Cou­rir est un voyage

*L’in­ter­view de Raven, l’homme qui court chaque jour, depuis 1974…

*Cou­rir à Amster­dam


*Sup­por­ter de la Team AsicsF­ron­trun­ners au Mara­thon de Paris 2017

*Hello Buda­pest

*Valen­cia, Ciudad del Running

 

Haut de page