/

/

Hello Budapest !

On peut certes y cares­ser le ventre dodu d’un poli­cier statu­fié, tradi­tion selon laquelle on ne pren­drait ensuite plus de poids… Mais dans le doute, on vous propose de courir à Buda­pest : c’est plus sûr ques­tion gestion pondé­rale, et surtout c’est beau­coup plus inté­res­sant.
Et si vous n’êtes pas coureur, pas de souci, il y a bien assez à faire et à voir…

La Perle du Danube, au coeur de l’Eu­rope centrale a été magni­fique, impé­riale, cosmo­po­lite et pros­père.  Puis le vent de l’his­toire y a semé le chaos et l’hor­reur, guerres, dicta­tures fasciste puis commu­niste. Mais Buda­pest s’est retrou­vée et c’est aujourd’­hui une capi­tale en plein renou­veau, jeune et pleine de vie, aux charmes multiples.

Notre parcours vous emmène à la décou­verte des traces lais­sées par cette histoire mouve­men­tée, de part et d’autre du Danube, le plus grand fleuve d’Eu­rope. Rues pavées, collines, châteaux, palais, rives paisibles, statues origi­nales et ponts majes­tueux jalon­ne­ront votre course, vous offrant des points de vues superbes sur les deux villes soeurs de Buda sur la rive ouest et de Pest à l’est.

La vue sur le Parle­ment depuis le Bastion des pêcheurs, le calme sur la muraille de Toth Arpad, la traver­sée du Danube sur l’em­blé­ma­tique Pont des Chaînes, la majesté de l’im­mense place du Parle­ment, la grim­pette sur la colline de la Cita­delle, ou les belles pers­pec­tives métal­liques du Pont de la Liberté, il vous sera dur de choi­sir votre moment préfé­ré…

Et petit bonus au fil du parcours urbi­run, Buda­pest offre en plus aux coureurs un spot unique en Europe : une piste de running de 5.3km qui fait le tour complet de l’Ile Margrit située au centre du Danube. Alors si vous avez couru tous les parcours urbi­run, et voulez faire un run un peu plus au calme, n’hé­si­tez pas à aller tester cette piste…

Notre premier parcours urbi­run à Buda­pest a été déve­loppé et créé avec la colla­bo­ra­tion d’Elo­die du blog Eloruns­the­world.com avec qui nous avons eu le plai­sir de parta­ger un très sympa­thique apéro…

Puis pour vous remettre de l’ef­fort, ou pour les moins-spor­tifs, vous savez sans doute que Buda­pest est consi­dé­rée comme une station balnéaire depuis de nombreux siècles. En effet des millions de litres d’eau ther­male jaillissent chaque jour natu­rel­le­ment au coeur de la ville, et c’est depuis l’oc­cu­pa­tion otto­mane que le ther­ma­lisme s’y est déve­loppé. Les Turcs ont en effet trans­mis leur riche culture ther­male aux habi­tants de la région de Buda­pest. Plusieurs établis­se­ments de bains jalonnent donc la ville, datant de l’Em­pire Austro-Hongrois, dont l’hé­ri­tage se retrouve dans l’ar­chi­tec­ture de ces lieux. Parmi les plus beaux, les bains Rudas, Gellert ou Szeche­nyi. Ce sont sans doute les plus touris­tiques, mais se baigner au crépus­cule dans unes des piscines exté­rieures nichées au coeur d’un bâti­ment style néore­nais­sance, en regar­dant quelques vieux Buda­pes­tois jouer aux échecs, est une expé­rience à faire. Et les bassins inté­rieurs n’ont rien à leur envier tant par leur variété de tempé­ra­ture et compo­si­tion, que par leur décor gran­diose (on peut y louer serviettes et maillots de bains).

Coureur ou pas, vous ne regret­te­rez pas votre visite de Buda­pest…

Nos coups de coeur :

Mémo­rial de l’In­sur­rec­tion de 1956  : en 1956, le peuple hongrois se soulève contre la dicta­ture commu­niste. L’in­sur­rec­tion est répri­mée dans le sang par la Sécu­rité d’Etat et l’Ar­mée rouge sovié­tique qui entre dans le pays avec 15 divi­sion et 6000 chars. Les combats en ville font près de 3000 victimes et plus de 250’000 hongrois fuient le pays. Le monu­ment érigé en mémoire de ce soulè­ve­ment ne peut lais­ser indif­fé­rent : des lames de métal rouillé, éparses, qui se regroupent peu à peu, perdent leur rouille pour finir par fendre et soule­ver les vieux pavés avant de finir bloqué, expriment toute la violence et la déter­mi­na­tion de ce soulè­ve­ment manqué… (Ötve­na­to­sok Tere)

Pont de la Liberté  : Lorsqu’on dit “pont” et “Buda­pest”, c’est le Pont des Chaînes que l’on présente. Mais le Pont de la Liberté, struc­ture métal­lique verte magni­fique dont le dernier rivet a été posé par l’Em­pe­reur François-Joseph lui-même, et qui est traversé par les fameux trams jaunes qui serpentent dans toute la ville, présente une silhouette bien plus légère et élégante. Au pied de la cita­delle de Gellert, il relie les Bains du même nom au Marché Couvert, gigan­tesque char­pente de métal et de verre grouillante d’ani­ma­tion.

La ligne 1 du métro  : les stations de la ligne 1 du métro de Buda­pest vous font faire un véri­table voyage dans le temps. Carre­lages et boise­ries magni­fiques, rappellent que le métro de Buda­pest, inau­guré en 1896, fut le premier de l’Eu­rope conti­nen­tale. A noter par ailleurs que toute la ville est très bien desser­vie par des trans­ports publics effi­caces (métro, trams, bus).

La Mémo­rial des Chaus­sures sur le Danube  : l’in­ten­sité que peut déga­ger quelque chose d’aussi simple que quelques paires de chaus­sures en métal rouillé fixées sur la rive du Danube vous surpren­dra…

Pour manger :
BBz, bar&grill
 : déli­cieux burgers servis et présen­tés avec élégance, dans un cadre très sympa. Très abor­dable. C’est autant un bar qu’un restau­rant. Au coeur de la rue Kiraly utca, jalon­née de bars (Kiraly u. 15, 1075 Buda­pest – www.bbzbar.hu)

Eset­leg Bar & Bistro : situé dans le complexe  commer­cial, cultu­rel et de loisir Balna, le long du Danube, ce sympa­thique bar dont la terrasse est plus qu’ac­cueillante offre de déli­cieux plats dans un entre­pôt réha­bi­lité, repre­nant l’ar­chi­tec­ture de briques rouges agré­men­tée d’élé­ments plus moderne. Belle vue sur le Danube, le Pont de la Liberté et la colline de Gellert. Le complexe accueille aussi des boutiques et d’autres restau­rants (www.balna­bu­da­pest.hu).

Boire un verre
Un exemple parmi d’autres : les très nombreux, sympa­thiques et origi­naux bars de l’ar­ron­dis­se­ment VII, et notam­ment de la rue Kiraly Utca.

Hôtel testé et approuvé : Boutique Hôtel Victo­ria****
Au pied de la Colline du Chateau, magni­fique­ment situé sur la rive du fleuve, face au Parle­ment dont l’éclai­rage nocturne vous fera renon­cer à fermer les rideaux, cet hôtel est situé à 300m du Pont des Chaînes, et à moins de 500m d’une station de métro. Le tram s’ar­rête devant la porte. Person­nel accueillant, belles chambres soignées.
(Bem rakpart 11,  http ://www.victo­ria.hu)

Y aller :
En avion : nombreux vols directs depuis les prin­ci­pales villes euro­péennes, dont plusieurs compa­gnie low-cost.
Accès au centre-ville en trans­ports publics, bus et métro (1h envi­ron, avec plusieurs chan­ge­ments). En taxi 30 minutes (envi­ron 25 euros).

urbi­run Buda­pest – Buda, Pest et le Danube

Haut de page