/

/

swiss.crossing - Etape 8/12

Etape 8 – Lüder­nalp-Bern – 42.3km (total 255.6km) / +942D+ (6’850m) – ponts 4 (55) – cailloux dans la chaus­sure 2 (5).

Celle où j’ai vu des lamas, un chevreuil  et un ours, et où j’ai appris que j’étais tonton pour la 5e fois..


Pour en savoir plus sur l’aven­ture swiss.cros­sing Lake2Lake, c’est ici

Départ dans la grisaille à nouveau. Le brouillard est si épais que je n’ar­rive pas à déter­mi­ner s’ il pleut ou si c’est l’hu­mi­dité du brouillard.

La météo du jour, ce n’est pas le Pérou, mais dès le premier kilo­mètre je croise un trou­peau de lamas. Je me dis que c’est bon signe.

Juste après, j’ap­prends que je suis tonton pour la 5e fois : ça s’an­nonce vrai­ment comme une jour­née spéciale.

Je commence par monter dans la forêt, avant de redes­cendre à travers des prai­ries détrem­pées, des alpages et des forêts. jusqu’au 7e km à peu près, sir un parcours un peu vallonné. À partir de là, je cours sur une route fores­tière pendant 3–4 km, avant d’en­ta­mer la descente vers Emmen­matt, au fond de la vallée.

Dès le 11e km, je remonte sur l’autre côté de la vallée, il pleut cette fois-ci j’en suis sûr, et le vent s’est levé. La pente est raide, dans la forêt, entre racines et boue, le rythme n’est pas très élevé.

Il me faut 6 km pour atteindre le sommet de Blase­flue (alt. 1'118m) au milieu d’une forêt de hauts sapins, noyés dans le brouillard. J’y aperçois furti­ve­ment un chevreuil. Et en même temps je me suis dit que si quelqu’un a peur des esprits, des elfes, des sorcières, des fantômes, des animaux, des bruits, de la forêt, ou de quoi que ce soit d’autre, je lui décon­seille vive­ment de venir par ici avec cette météo.

Je bascule de l’autre côté et je redes­cends à travers la forêt qui rapi­de­ment fait place à des alpages. Quelques vaches surgissent du brouillard avec en arrière-fond une vallée qui s’ouvre un peu plus, et le temps semble se lever un peu.

Ça descend raide, et je pense que d’avoir couru beau­coup dans les prai­ries mouillées ce matin, me provoque de désa­gréables déman­geai­sons dans les pieds, c’est très agaçant. Au village d’Arni par chance je trouve une fontaine ce qui me permet de me désal­té­rer, et d’y trem­per mes pieds, pour les laver ainsi que le bas de mes jambes, ce qui me fait un grand bien.

Je conti­nue sur une route de campagne en légère descente en direc­tion du village de Biglen, où j’avais passé 3 semaines d’ar­mée il y a 25 ans. Le restau­rant Bären où j’es­pé­rais faire une pause, comme à l’époque, est malheu­reu­se­ment fermé aujourd’­hui. Je conti­nue donc un petit peu et je me trouve un abri au stand de tir, à la sortie du village, pour picniquer au sec et sans vent, après 24km.

Après une demi-heure de pause, je me remets en route. Il me reste 17 km à faire, mais les grosses diffi­cul­tés de la jour­née sont derrière moi.

Et en effet, à partir de là, je cours prin­ci­pa­le­ment en faux plat descen­dant, à travers des petits villages, puis les petites villes qui consti­tuent les faubourgs est de Berne. 

Le temps s’est assé­ché, mais pas vrai­ment décou­vert, et j’avance pas trop mal au vu des km et du déni­velé déjà parcouru.

J’ai un petit coup de mou autour des 35–36e km, mais heureu­se­ment c’est toujours légè­re­ment en descente (celui qui a imaginé ce tracé est un petit malin… hihi c’est moi)…

Après une dernière descente bien raide par un esca­lier, j’aperçois le clocher de la cathé­drale de Berne. 39 km, je suis presque arrivé. 

J’ar­rive par le côté de la fosse aux ours, et je descends au bord de l’Aar pour essayer d’en aper­ce­voir. Et j’ai de la chance, j’aperçois un bel ours brun.

Je remonte parc les esca­liers jusqu’au pont, ça pique… je traverse, et je pénètre dans la vieille ville de Berne, toute pavoi­sée, avec ses rues en arcade, c’est abso­lu­ment magni­fique. 

Je remonte Gerch­tig­keits­trasse (Rue de la Justice), jalon­née de belles fontaines surmon­tées de statues colo­rées, qui tranchent avec les façades beige des bâti­ments. La Vieille ville de Berne est un des plus grands ensembles d’ar­chi­tec­ture médié­vale conser­vée en Europe, avec près de 6km de rues, dont la plupart avec des arcades. Je conti­nue jusqu’au Zytglogge, la Tour Horloge, dont le méca­nisme médié­val fonc­tionne encore, puis je me retrouve devant le Palais fédé­ral, siège du Parle­ment et du Gouver­ne­ment suisse.

Je le contourne pour atteindre à l’es­pla­nade, qui offre une belle vue sur le quar­tier de Marzili, et l’Aar. Quelques dernières photos, mais je n’en ai pas terminé.

En effet, je constate que j’en suis à 41,2 km, et comme mes jambes semblent aller encore pas trop mal, étonam­ment, je décide de faire un petit détour pour ajou­ter ce km qui me permet­trait d’avoir couru la distance mara­thon aujourd’­hui, distance que j’at­teins quasi­ment pile-poil en arri­vant devant l’hô­tel. C’est quand même pas mal orga­nisé tout ça.

J’y retrouve mon amou­reuse, on sort se manger une déli­cieuse pizza au restau­rant Marzi­li­brücke.

Demain repos, ça fera pas de mal…

Loge­ment : Auberge de jeunesse, Berne, au pied du Palais fédé­ral, vue sur l’Aar…

Etape précé­dente 7/12                                                Etape suivante 9/12

Pour voir le tracé prévu (zoomable) pour cette étape, sur la carte Suis­seMo­bile.ch, clique ici ou sur la carte

Haut de page