/

/

Ceinture running Fitletic Blitz

Le smart­phone est l’ac­ces­soire indis­pen­sable de l’ur­bi­run­ner. A clas­ser en 3, après les jambes et les chaus­sures, sauf pour les ultra­mi­ni­ma­listes, qui se contentent du télé­pho­ne…

Mais juste­ment, le smart­phone, tu le mets où quand tu cours ?

Person­nel­le­ment j’uti­lise depuis toujours une “banane-passe­port” toute plate et fine. Pas du tout adap­tée pour la course à pied. Et j’avoue, je n’ai jamais essayé de courir avec un bras­sard.

Mais j’ai depuis peu une vraie cein­ture de running : la cein­ture Blitz de Fitle­tic.

Première impres­sion : le carton de la poste est beau­coup trop gros pour ça, et ils ont abusé sur le scot­ch… Mais sinon, c’est une cein­ture pochette, avec un élas­tique large et un crochet central. Elle est de plus très faci­le­ment réglable (même en pleine action) au cas où tu perds un ou deux tours de taille au cours de ton run…

Le maté­riau est agréable au toucher, l’en­semble paraît solide et confor­table.

Donc je teste. Et donc je cours.

Pour ce faire, je l’ai portée à même la peau. La cein­ture élas­tique est large et agréable, pas d’ir­ri­ta­tion (j’en avais, très occa­sion­nel­le­ment, avec mes “bananes”, au niveau des os des hanches). La cein­ture se plaque bien et ne bouge/tourne pas pendant la course, sans doute aidée en cela par les petits ronds de plas­tique au dos de la poche vers les attaches de l’élas­tique. Elle est très stable, “ne sautille pas”, pas besoin de la coin­cer dans le short, je l’ou­blie très vite.

La poche est en néoprène. Imper­méable et donc résis­tante à la sueur, et à la pluie (règle de runner No 1 : il ne fait jamais mauvais temps). Le tissu est légè­re­ment exten­sible et fin. Assez grande pour mon Samsung S6 (je n’ai pas testé avec d’autres télé­phones, puisque je n’en ai qu’un) et sa coque. Par contre si vous courez aussi avec votre porte­feuille, une tablette, les clés de la maison, du boulot et de chez Mamie, cela risque d’être vite un peu petit…                                                                                                                                            

Elle contient 2 compar­ti­ments sépa­rés par une fine membrane imper­méable. Comme ça tes billets de 100 euros, tes tickets de métro, ou autre ne sont pas détrem­pés après l’en­traî­ne­ment. On y trouve aussi un compar­ti­ment plus petit, parfait pour y glis­ser la clé de la maison.

Et pour les urbi­run­ners, et les fans de musique, il y a un petit trou pour faire passer le câble des écou­teurs. Perso je trouve ça gadget, parce qu’on peut toujours faire passer le câble à l’ex­tré­mité de la ferme­ture éclair, et c’est plus facile pour sortir le télé­phone lorsqu’on veut faire quelques photos en cours de route.

Oui, parce qu’a­vec urbi­run, promis tu auras envie de t’ar­rê­ter prendre quelques photos souve­nirs des lieux dans lesquels tu passe­ras.

Conclu­sion de ces quelques tests réalisé dans des condi­tions tota­le­ment profes­sion­nelles, et dans des milieux divers : le Bois de Boulogne, le long du canal St-Martin, au pied de la Tour Eiffel, en montagne et en forêt dans les Alpes suisses, à l’en­traî­ne­ment et en course (20km de Lausanne, Tour du Chablais) :

* Très confor­table.

* Très stable.

* Taille adap­tée (grand smart­phone (samsung S6), 1–2 clés, 1–2 billets, et une barre isos­tar (j’ado­re…)

* Maté­riau légè­re­ment exten­sible.

* Solide et sans doute résis­tante sur le long terme. Je te tiens au courant dans 1000km, si j’y pense enco­re…

Je la garde.

PS : cette cein­ture m’a été offerte par Acces­soires-Running dans le cadre d’un concours sur la page face­book urbi­run.
Vous pouvez la trou­ver pour 26.99 euros ici.

 

Haut de page